L’avenir menaçant d’une cabane écologique perchée

Vous avez surement déjà entendu parler d’une cabane écologique perchée ? Un grimpeur-élagueur du Doubs se bat contre la destruction d’une cabane qu’il a fabriquée dans un arbre de son terrain qui se trouve à Cléron. Cette cabane risque d’être détruite, car elle se place sur un arbre en zone Natura 2000.

xavier marmier maison éco

Des raisons de la construction

Pour démontrer les raisons qui ont poussé Xavier Marmier à fabriquer cette cabane, il explique : « L’idée était de minimiser l’impact sur l’environnement, pour me fondre dans la nature, sans la détruire, et mener une vie en adéquation avec mes principes écologiques ».
Ce grimpeur-élagueur de 45 ans tient sur sa cabane, il rajoute : « C’était un rêve d’enfant, celui de vivre dans cette forêt que j’aime et de me fondre dans la nature, en suspendant un plateau octogonal en l’air, sans abîmer l’arbre, pour y monter une cabane ».
Pour fabriquer sa maison, Xavier Marmier a dépensé environ 25.000 euros de matériel. Quelques amis l’ont également aidé dans la réalisation de son logement.

Les équipements dans cette cabane

Au milieu de la cabane se trouve un poêle à bois qui assure le chauffage du logement.
En matière d’alimentation électrique, il utilise une batterie de voiture qu’il recharge tous les deux mois. Pour éclairer sa cabane, il recourt également à une lampe à huile. La cabane est dotée de toilettes sèches. Pour faire la vaisselle, le résident prend de l’eau de pluie. Par ailleurs, pour son utilisation personnelle, il transporte des bidons d’eau potable dans la cabane.

Ce que dit la loi sur cette construction

La loi demande l’existence d’un permis de construire pour la construction d’un logement de plus de 20m². Ainsi en novembre dernier, Xavier Marmier a demandé un permis de construction afin de mettre sa situation en règle. Par contre, sa requête a été refusée en février et il a même eu un avis lui demandant de justifier sa construction avant le 1er juillet de cette année.
Il a eu cet avis, car son logement se trouve dans la vallée de la Loue en zone Natura 2000. Dans cette zone, toute construction est interdite par la loi. Questionné sur ce sujet, le maire de Cléron, Alain Galfione explique : « Cette maison ne me gêne pas, mais en tant que maire, je ne peux pas aller contre la loi ».
Si Xavier Marmier, ne procède pas à la destruction de sa cabane, l’Etat va détruire sa maison et il doit payer une amende comprise entre 1.200 et 300.000 €.

Donnez votre avis